En 2018, le PNB des banques islamiques a atteint 234 MDT (Rapport BCT)‎

En 2018, le PNB des banques islamiques a continuĂ© son amĂ©lioration atteignant 234 millions de dinars (MDT), contre 196 MDT en 2017, alors que leur part dans le total actif du secteur bancaire s’est si…

En 2018, le PNB des banques islamiques a continué son amélioration atteignant 234 millions de dinars (MDT), contre 196 MDT en 2017, alors que leur part dans le total actif du secteur bancaire s’est située au même niveau de 2017, soit 5,6%.

Selon le rapport annuel sur la supervision bancaire 2018 publié jeudi 16 janvier 2020 par la Banque centrale de Tunisie (BCT), au cours de la même année, l’activité bancaire basée sur les opérations islamiques a continué de consolider progressivement sa position, gagnant presque 1,1 point de pourcentage de part du marché d’actifs, 1,5 point de pourcentage de part du marché en termes de dépôts et 1,6 point de pourcentage de part du marché de crédits.

Les banques islamiques ont accaparé 6,3% du total des dépôts et 4,8% du total crédit du secteur bancaire, sachant que sur les 23 banques résidentes en Tunisie, seulement 3 banques sont spécialisées dans l’activité bancaire islamique.

Les emplois d’exploitation des banques islamiques en hausse de 19,1%

Les emplois d’exploitation (crĂ©ances non rĂ©glĂ©es et qui sont dĂ©tenues sur les clientèles ou l’ensemble des charges d’exploitation comme les achats de marchandises ou encore les stocks de matières premières non consommĂ©es ou non vendues) des banques islamiques s’Ă©lèvent Ă  4,101 milliards de dinars, enregistrant une augmentation de 658 MDT ou 19,1% par rapport Ă  l’annĂ©e 2017.

Le portefeuille crédit des banques islamiques a atteint, en 2018, 3,550 milliards de dinars, composé principalement d’opérations Mourabaha (65,7%) et Ijara (19,8%).

De même, les ressources des banques islamiques ont évolué, en 2018, à un rythme comparable à celui de 2017, soit 17,2% ou 648 MDT, contre une baisse de 43 MDT de leurs ressources à moyen et long termes, soit 21,5%.

Désormais, ces ressources ne constituent que 3,6% du total ressources d’exploitation des banques islamiques, contre 5,3% en 2017 ou 7,7% en 2016.

Par ailleurs, la BCT a prĂ©cisĂ© dans son rapport que des rĂ©flexions pour la mise en place d’un cadre rĂ©glementaire et prudentiel spĂ©cifique Ă  l’exercice des opĂ©rations bancaires islamiques par les banques conventionnelles, ont Ă©tĂ© entamĂ©es depuis 2018 et un projet de circulaire, ayant pour but de dĂ©finir et de fixer les modalitĂ©s et les conditions d’exercice des diffĂ©rentes opĂ©rations islamiques a dĂ©jĂ  dĂ©butĂ© en 2018.

Categories
Source
webmanagercenter

Articles similaires

Back to top button
Close
Close