☰
AR

Tunisie : Requiem pour un secteur énergétique à la dérive

Vous avez aimé? Partagez avec vos amis!

Indigné ? RĂ©volté ? Peiné ? Ce sont lĂ  les sentiments qui animaient Kamel Bennaceur, ministre de l’Industrie dans le gouvernement des technocrates de Mehdi Jomaa, expert international pour le dĂ©veloppement de scĂ©narios Ă©nergĂ©tiques mondiaux durables Ă  long terme et l’une des sommitĂ©s mondiales dans son domaine (Voir Bio), lors de la prĂ©sentation d’une confĂ©rence intitulĂ©e «DĂ©ficit Ă©nergĂ©tique en Tunisie, peut-on inverser la tendance ?» dans le cadre du parti Al Badil dont il est membre fondateur.

Kamel Bennaceur est indignĂ© parce qu’il ne comprend pas, lui qui a travaillĂ© dans plus de 80 pays, comment la Tunisie qui Ă©tait pionniĂšre en matiĂšre d’efficacitĂ© Ă©nergĂ©tique est devenue aujourd’hui Ă  la traĂźne. Il est indignĂ© parce que le chef de gouvernement a dĂ©capitĂ©, le 31 aoĂ»t 2018, le ministĂšre de l’Energie et des Mines de ses meilleurs cadres Ă  cause d’une “prĂ©tendue affaire de corruption qui n’en Ă©tait pas une”, privant ainsi l’administration tunisienne de ses meilleures compĂ©tences et en tĂȘte Khaled Kaddour.

Il est rĂ©voltĂ© parce que toutes ces campagnes fomentĂ©es par des illuminĂ©s obsĂ©dĂ©s par la prĂ©servation des richesses naturelles nationales avec pour consĂ©quences l’article 13 illustrant les limites intellectuelles des constituants ont privĂ© la Tunisie -qui ne baigne pas dans le pĂ©trole mais plutĂŽt dans l’ignorance de ses Ă©lus- de nouveaux investissements dans le secteur Ă©nergĂ©tique stratĂ©gique Ă  tous points de vue.

Les permis de recherche et de prospection sont aujourd’hui de 23, contre 52 en 2010. En 2017, 4 permis ont Ă©tĂ© rendus et 1 annulĂ©, a prĂ©cisĂ© Kamel Bennaceur, ce qui a engendrĂ© la chute des investissements d’exploration de 70% en une annĂ©e. «Les investissements en exploration ont Ă©tĂ© divisĂ©s par 9 depuis 2010 ; en 2015, il n’y a pas eu d’activitĂ© sĂ©ismique pour la premiĂšre fois en Tunisie ; en 2017, il y a eu un seul puit forĂ© en Tunisie sans oublier que depuis 2012 les accusations de malversation et de corruption dans le secteur Ă©nergĂ©tique sont relayĂ©es de façon continue».

Des campagnes anticorruption et des pseudo-procĂšs populistes qui n’ont abouti Ă  rien mais qui ont servi Ă  nuire Ă  l’image du pays et Ă  faire fuir les investisseurs potentiels. Le seul verdict plausible Ă  ce jour, estime M.Bennaceur, est « qu’au rythme du dĂ©clin actuel, il n’y aura quasiment plus de production pĂ©troliĂšre en Tunisie dans 10 ans ».

Des campagnes destructrices pour le pays 

«Winou El pĂ©trole» figure parmi des centaines d’autres campagnes dĂ©nonçant une prĂ©tendue mainmise des compagnies internationales sur nos richesses miniĂšres. Que dalle, explique l’ancien ministre de l’Industrie, la Tunisie n’est pas la destination rĂȘvĂ©e pour les grands investisseurs dans le secteur Ă©nergĂ©tique. « Il n’y a plus que 2 majors en Tunisie (ENI, BG/Shell) ainsi qu’une compagnie moyenne, OMV, un indĂ©pendant rĂ©gional (Perenco) et de petites compagnies telles Winstar et Mazarine ». En tĂ©moigne d’ailleurs la production nationale de pĂ©trole Ă  la dĂ©rive. Celle-ci Ă©tait, dans les annĂ©es 90, de 5 millions de ktep (tonne d’équivalent pĂ©trole), mais ne dĂ©passe pas aujourd’hui les 2 millions ktep.

Cherchez l’erreur ! Ou peut-ĂȘtre devrions-nous demander des explications aux rĂ©volutionnaires du Kamour dĂ©fendus et protĂ©gĂ©s par des ONG et les prier de pallier aux dĂ©ficits de production nationale de pĂ©trole que les Tunisiens paient trĂšs trĂšs cher.

Mais il n’y a pas que les gisements pĂ©troliers qui se rarĂ©fient, les gisements gaziers aussi, explique Kamel Bennaceur. « La demande de gaz naturel en forte hausse qui contribue Ă  un dĂ©ficit, qui ne sera que partiellement comblĂ© par le projet Nawara en 2020, un projet qui devait ĂȘtre achevĂ© en 2017*. AprĂšs une stabilisation temporaire en 2014-15, le dĂ©ficit en Ă©nergie primaire est en forte augmentation, aggravant le dĂ©ficit commercial de façon considĂ©rable ».

L’impact de la rarĂ©faction des ressources naturelles nationales conjuguĂ©e Ă  l’augmentation de la demande est dĂ©sastreux sur les ressources financiĂšres de l’Etat et la balance commerciale. « L’énergie a reprĂ©sentĂ© 26% du dĂ©ficit commercial de la Tunisie en 2017. Les subventions de l’Etat sont rĂ©parties entre l’électricitĂ©, le gaz et le carburant. L’industrie, le tourisme, les classes Ă  plus haut revenu sont les principaux bĂ©nĂ©ficiaires. Les couches sociales dĂ©favorisĂ©es en bĂ©nĂ©ficient trĂšs peu ».

Les solutions existent pourtant, estime un Kamel Bennaceur peinĂ© parce que les gouvernements qui se sont succĂ©dĂ© au gouvernement Jomaa n’ont pas continuĂ© sur sa lancĂ©e pour ce qui est de la rĂ©forme des subventions. « Cette rĂ©forme a permis de protĂ©ger les plus dĂ©munis et en rĂ©duisant les montants allouĂ©s Ă  certains secteurs Ă©nergivores (le cas du ciment en Tunisie est devenu un Case Study international) ».

Quel programme de sauvetage lorsqu’il y a pĂ©ril en la demeure ?

Pour sauver les meubles, il faut un leadership qui mette en place une vision de long terme. Il faut pouvoir planifier sur 30 ans la relance du secteur énergétique en associant la société civile et les secteurs économiques et sociaux et en prenant en compte les impératifs sociétaux, estime K.B.N.

La prise en compte de l’interaction avec les domaines connexes, tels l’industrie, le transport et l’hydraulique, est impĂ©rative tout en entreprenant une politique rigoureuse de rationalisation de la consommation Ă©nergĂ©tique. Le recours aux Ă©nergies renouvelables est aujourd’hui vital pour la Tunisie, tout comme l’intensification des investissements dans les Ă©nergies fossiles et mĂȘme le recours au gaz ou au schiste face Ă  la baisse de la production nationale.

«Lorsque nous voyons une puissance Ă©conomique comme les Etats-Unis produire prĂšs de la moitiĂ© de ses besoins en Ă©nergie Ă  partir du gaz de schiste, ou l’AlgĂ©rie entreprendre tout un programme pour lancer incessamment la production de ce gaz, on s’interroge sur le pourquoi et comment des rĂ©ticences tunisiennes ».

Rappelons Ă  ce propos qu’en 2017 aux Etats-Unis justement, le pays a atteint son niveau de production de pĂ©trole le plus Ă©levĂ© depuis 47 ans. Et selon les experts de l’Agence Internationale de l’Energie, il est mĂȘme possible que les Etats-Unis dĂ©passent l’Arabie saoudite, numĂ©ro un historique, dans la production de pĂ©trole en 2018. Cette bonne santĂ© du pĂ©trole amĂ©ricain est largement due au dĂ©veloppement du pĂ©trole de schiste : en 2017 toujours, le pĂ©trole de schiste a reprĂ©sentĂ© 50% de la production amĂ©ricaine de pĂ©trole.*

Il faudrait Ă©galement oser rĂ©volutionner le cadre rĂ©glementaire et lĂ©gislatif tunisien, estime M.Bennaceur. Ainsi, le code des hydrocarbures -qui comprend aujourd’hui plusieurs incitations fiscales- doit ĂȘtre mis Ă  jour Ă  ce niveau-lĂ  et pouvoir mettre en place les cadres lĂ©gaux pour les rĂ©servoirs non-conventionnels (gaz et pĂ©trole de schiste).

Il faut aussi que le secteur privĂ© puisse opĂ©rer au niveau de la production Ă©nergĂ©tique et exploiter le rĂ©seau de transport de la STEG. Un rĂ©gime de producteur indĂ©pendant (IPP) dans le cadre d’Appels d’Offres et une mise Ă  jour du cadre rĂ©glementaire pour encourager l’initiative privĂ©e ne sont pas Ă  nĂ©gliger pour assurer le sauvetage d’un secteur Ă  l’agonie.

Quant aux Ă©nergies renouvelables pour lesquelles Khaled Kaddour, ministre de l’Energie et des Mines en 2018, a prĂ©vu une production de 1000 mĂ©gawatts, eh bien attendons voir aprĂšs son dĂ©part ce qu’il en adviendra, mĂȘme si leur dĂ©veloppement et leur gĂ©nĂ©ralisation sont indispensables dans l’approvisionnement du pays en Ă©lectricitĂ©.

Pour Kamel Bennaceur, et face Ă  un secteur Ă©nergĂ©tique en dĂ©tresse et qui pĂšse lourd sur les finances de l’Etat et le portefeuille des citoyens, les temps sont venus pour prendre des dĂ©cisions courageuses mises en place par des compĂ©tences nationales. Il ne faut surtout pas se perdre dans les faux combats tels la lutte contre une corruption imaginaire ou encore la prise en otage des ressources de l’Etat pour compenser un secteur qui pourrait s’auto-suffire si seulement on avait la vision et les stratĂ©gies pour la traduire en mesures et rĂ©alisations concrĂštes.

« Vous savez, j’ai travaillĂ© dans 80 pays et j’ai rarement vu des compĂ©tences aussi qualifiĂ©es que celles que j’ai trouvĂ©es lors de mon passage au ministĂšre de l’Industrie du gouvernement Jomaa. Elles sont capables de faire Ă©voluer les choses dans le bon sens, si la volontĂ© politique y est. Je ne trouve pas normal que ces compĂ©tences soient aussi maltraitĂ©es ».

A bon entendeur !

*Le prĂ©texte invoquĂ© pour dĂ©mettre le ministre de l’Energie et des Mines et des hauts cadres Ă©tait l’affaire Halk El Menzel et sa mauvaise gouvernance par les ministĂšres prĂ©cĂ©dents et en promettant de fournir les Ă©lĂ©ments. On attend toujours ! RĂ©cemment, la durĂ©e de la concession de Halk El Menzel (2009 vs. 2029) serait passĂ© Ă  2040 !

* https://lenergeek.com/2018/03/01/petrole-schiste-americain-etats-unis/

Vous avez aimé? Partagez avec vos amis!

Articles similaires

Covid-19: la BTS annonce des mesures exceptionnelles.

Dans une publication sur sa page Facebook, le MinistÚre des Finances a annoncé un ensemble de mesures exceptionnelles pour faire face à la crise de la pandémie du coronavirus. Ces ...

Tunisie- Elyes Fakhfakh : Un discours digne d’un homme d’Etat qui coupe avec la mĂ©diocritĂ© ambiante

Le chef du gouvernement tunisien, Elyes Fakhfakh, a accordé, ce soir, un entretien télédiffusé, pour revenir sur la situation générale dans le pays, en rapport avec l'épidémie...

Fakhfekh: On est sur la bonne voie

Fakhfekh: On est sur la bonne voie...

Tunisie – 40 tunisiens dĂ©cĂ©dĂ©s du coronavirus en France

Le consul général par intérim de la Tunisie en France a annoncé, ce jeudi, au micro de Shems FM, que le nombre de tunisiens décédés du coronavirus, en France, s'élÚve à 40....

Ras Jedir: Rapatriement de 366 tunisiens de retour de Libye

Ras Jedir: Rapatriement de 366 tunisiens de retour de Libye...

EnquĂȘte ‘‘Le Tunisien et le Coronavirus’’ : Entre inquiĂ©tude et confinement sanitaire

Tunisia Survey, spĂ©cialiste des Ă©tudes digitales, vient de dĂ©voiler les rĂ©sultats de sa TroisiĂšme vague d'enquĂȘte en ligne sur le Tunisien et le Coronavirus. Cette enquĂȘte en ...

Gouvernance par ordonnance : ce qui attire l’attention dans le texte adoptĂ© ce jeudi

L’AssemblĂ©e des ReprĂ©sentants du Peuple (ARP) a, adoptĂ©, ce jeudi 2 avril 2020, le projet de loi relatif Ă  l’octroi au Chef du gouvernement la possibilitĂ© de lĂ©gifĂ©rer ...

Fakhfekh: On n'a pas menacé les hommes d'affaires

Fakhfekh: On n'a pas menacé les hommes d'affaires...

Ras Jedir : Report du rapatriement de centaines de Tunisiens de Libye

Ras Jedir : Report du rapatriement de centaines de Tunisiens de Libye...

L’Amiral Abderraouf Atallah nommĂ© conseiller Ă  la SĂ©curitĂ© nationale

L’Amiral Abderraouf Atallah nommĂ© conseiller Ă  la SĂ©curitĂ© nationale...

Coronavirus: L'homme d'affaires de Sousse assigné à résidence

Coronavirus: L'homme d'affaires de Sousse assigné à résidence...

Tunisie – VIDEO : Ghannouchi assure qu’un accord a Ă©tĂ© trouvĂ© pour la loi de dĂ©lĂ©gation de pouvoirs

Le président de l'ARP, Rached Ghannouchi, a déclaré, ce jeudi, au palais du Bardo, que la réunion entre la délégation gouvernementale et les représentants des blocs parlementa...

Kamel Bennaceur, nommé président de la SPE

Kamel Bennaceur, nommé président de la SPE...

Sarra Maaouia, conseillÚre diplomatique du président de la république

Sarra Maaouia, conseillÚre diplomatique du président de la république...

Météo du vendredi 3 avril 2020

Météo du vendredi 3 avril 2020...

Fakhfakh: Nous sommes sur la bonne voie

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed a accordé, dans la soirée du jeudi 2 avril, une interview à la Wataniya 1  ...

Fakhfekh: J'ai fait le test rapide de coronavirus

Fakhfekh: J'ai fait le test rapide de coronavirus...

DĂ©cĂšs de deux tunisiens rĂ©sidents Ă  GĂȘnes du coronavirus

DĂ©cĂšs de deux tunisiens rĂ©sidents Ă  GĂȘnes du coronavirus...

Tunisie – Les principales mesures de soutien Ă©conomique et social annoncĂ©es par Fakhfakh

Le chef du gouvernement a annoncé, ce soir, au cours d'un entretien télévisé, plusieurs mesures d'accompagnement, à celles de la lutte contre l'épidémie de coronavir...

Le TMM se situe au niveau de 6,80%

Le TMM se situe au niveau de 6,80%...

Fakhfekh: Environ 2200 tunisiens bloqués seront rapatriés

Fakhfekh: Environ 2200 tunisiens bloqués seront rapatriés...